Défense des droits

Malgré le rythme accéléré du vieillissement de la population, les gouvernements tardent à mettre en place des mesures concrètes et à adopter des politiques permettant de défendre et de protéger les droits des personnes aînées. La Coalition pour la dignité des aînés croit que notre société doit rapidement s’adapter à cette nouvelle réalité démographique et qu’elle doit s’assurer que les aînés vieillissent dans la dignité.
Consulter les solutions
La Charte québécoise des droits et libertés de la personne indique que les personnes âgées ont le droit d’être protégées contre toute forme «d’exploitation». Mais comment s’assurer que ces droits soient respectés en tout temps dans nos institutions ?
1

Modifier la Charte des droits et libertés de la personne et créer une fonction de protecteur des aînés.

Celui-ci serait indépendant du réseau de la santé et du gouvernement et, à l’instar du Protecteur du citoyen, pourrait non seulement recevoir des plaintes, mais également mener des enquêtes pour assurer la sécurité et faire cesser la maltraitance envers les aînés.
Plusieurs résidences augmentent les coûts des services et ont refusé de rembourser les résidents pour les services qui n’ont pas été offerts durant la pandémie. Or, en matière de contestation liée à un bail, il n’y a pas d’action collective possible ou de représentation collective par des organismes de protection des aînés. Il appartient donc au résident (qui est généralement âgé de plus de 80 ans) de contester lui-même la hausse à la Régie du logement.
2

Prévoir la possibilité de mener une action collective, y compris par l’intermédiaire des associations de défense des droits des aînés;

3

Prévoir une section consacrée aux problèmes spécifiques aux résidences privées pour aînés (RPA) à la Régie du logement;

4

Établir qu’une décision rendue à la Régie du logement concernant les RPA sur un sujet qui concerne la majorité des résidents de l’immeuble soit applicable à tous les résidents qui ont des clauses ou des augmentations similaires;

5

Que le ministère de la Santé et des Services sociaux établisse une grille tarifaire des services avec des prix plafonds ou un système de contrôle de l’indexation du coût de ces services.

Au-delà de l’aspect juridique inhérent à cette question, il est impératif pour la CDA de poursuivre et de pousser la réflexion sur les soins palliatifs et sur l’accessibilité à l’aide médicale à mourir. Il s’agit d’une question de respect envers la volonté et la dignité de toute personne qui se trouve en fin de vie.
6

Assurer l’accès à des soins palliatifs, tant à domicile, que dans les CHSLD et les centres hospitaliers;

7

Augmenter le financement des maisons de soins palliatifs et les inciter à offrir l’aide médicale à mourir;

8

Participer à la réflexion sur l’accessibilité à l’aide médicale à mourir.

Tous droits réservés © 2023 Coalition pour la dignité des aînés
chevron-downchevron-down-circle